Chapitre 3 Le phénotype immunitaire au cours de la vie

Chapitre 3 : Le phénotype immunitaire au cours de la vie

Comment expliquer l’efficacité de l’immunité adaptative contre les antigènes suite à leur premier contact ?

I) Mise en évidence d’une mémoire immunitaire = Réponse secondaire

vacc1

réponses immunitaires après première ou deuxième infection

Après un premier contact avec un antigène, il y a la formation de lymphocytes B mémoire et de lymphocytes T CD4 mémoire. En cas de nouveau contact avec l’antigène, ces cellules mémoires prolifèrent plus intensément que les lymphocytes naïfs, ont une durée de vie plus longue et réagissent bien plus rapidement. Il existe donc une mémoire immunitaire.

reponse primaire-réponse secondaireConclusion : Il existe une évolution du phénotype immunitaire au cours du temps : la population (nombre de cellules) qui constitue chaque clone de LB et de LT naïfs préexistants est restreinte. Mais lorsque l’organisme entre en contact avec un antigène, donc quand son environnement est modifié, les effectifs de cellules de certains clones augmentent suite à l’apparition de LB et de LT CD4 mémoires spécifiques de cet antigène. Le phénotype immunitaire évolue aussi en même temps qu’évolue l’environnement antigénique. Cette évolution permanente du phénotype immunitaire permet le maintient de l’intégrité de notre organisme.

Comment utiliser médicalement la mémoire immunitaire pour rendre encore plus performant notre système immunitaire ?

II) La vaccination: une stimulation de notre système immunitaire

Utilisation d’une activité avec active inspire + TP 20 Principe de la vaccination

Mise en évidence du principe de vaccination:

poules_cholera

La vaccination consiste à inoculer à un individu des antigènes d’un agent infectieux sous une forme immunogène : elle déclenche une réaction immunitaire innée puis adaptative mais non virulente (ne provoque pas de maladie).

Ce contact permet de construire une mémoire immunitaire (production de Lymphocytes et plasmocytes mémoires spécifiques des antigènes de l’agent infectieux). La vaccination provoque donc une modification du phénotype immunitaire et prépare ainsi l’organisme à un contact ultérieur possible avec le même antigène. Ainsi, lorsque l’individu vacciné rencontre l’agent infectieux, c’est une réponse immunitaire secondaire, plus rapide, plus intense, qui se met en route. Il est parfois nécessaire d’ajouter un adjuvant à certains vaccins : il stimule la mise en route de la réponse innée, indispensable à l’installation de la réponse adaptative.

Une seule injection est suffisante. L’obtention d’une souche atténuée est un processus long et sans garantie de succès. Il n’y a pas de souche atténuée pour certain pathogènes : vaccin contre la fièvre jaune, contre la tuberculose

Les adjuvants reproduisent une situation naturelle, celle de l’immunité adaptative contre ces micro-organismes, après une première infection guérie. Avant la vaccination, il n’existe pas d’anticorps circulants ni de LTc capables d’agir sur le virus. Après la vaccination, ces anticorps spécifiques et ces LT c spécifiques sont présents, de même que des LB et LT CD4 mémoires de même spécificité que les clones préexistants, mais plus nombreux et qui réagissent plus vite. Si les anticorps ont une durée de vie brève, les LB et les LT4 mémoires peuvent persister plusieurs années et ainsi constituer le changement le plus important du système immunitaire suite à une vaccination. Cette vaccination fait cependant souvent intervenir des injections de rappel de façon à entraîner une modification plus importante et plus durable du phénotype immunitaire.

Pour aller plus loin:

Un article de Pour la Science sur l’importance des adjuvants

Un article de Pour la Science sur la conception des vaccins et leurs limites

III/ Une déficience du système immunitaire : le SIDA

S.I.D.A : Syndrome d’ImmunoDéficience Acquise

Évolution de paramètres du système immunitaire lors de l’infection par le VIH.

evol_sida

Primo-infection : Symptômes d’une grippe légère avec fièvre qui peuvent apparaître environ 6 semaines après la contamination.

Phase asymptomatique : La personne infectée se porte généralement bien et peut ne pas s’apercevoir de sa contamination (peu de signes évocateurs).

Sida déclaré : Apparition de maladies opportunistes (parasites, cancers…). Aucun signe n’est en soi caractéristique du sida, mais c’est l’ensemble des symptômes qui est propre au sida.

Schema_bilan_immunologie

Conclusion : Le SIDA est une maladie causée par un virus (Virus de l’Immunodéficience Humaine) qui infecte en particulier les lymphocytes CD4.

  • Phase de primo-infection : une réponse immunitaire permet une très forte diminution du nombre de virus dans le sang.
  • Phase d’infection : multiplication du virus dans les ganglions lymphatiques.
  • Phase du sida déclaré : état d’épuisement et développement de maladies opportunistes avec un amaigrissement extrême conduisant au décès.

L’ensemble de ce chapitre en texte à trous auto-correctif.

chap 3 vaccin


Le coin du professeur

Savoir : Une fois formés, certains effecteurs de l’immunité adaptative sont conservés grâce à des cellules-mémoires à longue durée de vie. Cette mémoire immunitaire permet une réponse secondaire à l’antigène plus rapide et quantitativement plus importante qui assure une protection de l’organisme vis-à-vis de cet antigène. Un premier contact avec un antigène entraîne une réaction lente et quantitativement peu importante, alors que le deuxième contact entraîne une réaction beaucoup plus rapide et quantitativement plus importante.

Savoir : La vaccination déclenche une telle mémorisation. L’injection de produits immunogènes mais non pathogènes (particules virales, virus atténués, etc.) provoque la formation d’un pool de cellules mémoires dirigées contre l’agent d’une maladie. L’adjuvant du vaccin déclenche la réaction innée indispensable à l’installation de la réaction adaptative. Le phénotype immunitaire d’un individu se forme au gré des expositions aux antigènes et permet son adaptation à l’environnement. La vaccination permet d’agir sur ce phénomène. La production aléatoire de lymphocytes naïfs est continue tout au long de la vie mais, au fil du temps, le pool des lymphocytes mémoire augmente. Notre organisme ne contracte très souvent qu’une seule fois une maladie. Notre système immunitaire semble garder en mémoire les agressions déjà subies.

Savoir Faire : Recenser, extraire et exploiter des informations sur la composition d’un vaccin et sur son mode d’emploi.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s